Présentation de la filière

Site: Classe préparatoire TSI - Versailles
Course: Classe préparatoire TSI - Versailles
Book: Présentation de la filière
Printed by:
Date: Friday, 17 September 2021, 6:47 AM

1. La prépa TSI en quelques mots

La classe préparatoire TSI prépare en deux ans des étudiants avec un bac STI2D ou STL aux concours d'entrée dans les écoles d'ingénieurs, et ouvre les portes de plus de 120 écoles d'ingénieurs.


Présentation détaillée de notre prépa TSI: Présentation TSI

Présentation générale des classe préparatoires (vidéo réalisée par la conférence des grandes écoles) : 




2. Notre pédagogie

Avec des classes à effectifs réduits (36 étudiants au plus), nous accompagnons au maximum nos étudiants. Nous apprenons à nos étudiants à s'organiser, à travailler en groupes, à échanger avec les professeurs. 

Séjour ski...

3. Nos résultats

Chaque années, nos meilleurs étudiants sont classés parmi les 20 premiers de France, mais nous sommes surtout fiers de trouver une place en école d'ingénieur à tous nos étudiants en 2n année: depuis la création de la classe en 2013, seuls 4 n'ont pas poursuivi en école d'lingénieur.

4. Les témoignages

Comme vous, ils étaient en terminale STI2D/STL il y a quelques années. Ils sont maintenant en école d'ingénieur ou ingéneiurs diplomés, en ayant fait une prépa TSI.

4.1. Témoignage: Alexandre Huet (CentraleSupelec)


Alexandre Huet (promo 2015 - 2017 -- Centrale Supelec)

Qu’est-ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI?

Avec la STI2D j'ai pu découvrir le milieu de l'ingénierie technique. J'ai vite compris que ce qui m'intéressait c'était de comprendre comment les machines fonctionnaient : comment c'était fait dedans, pourquoi cela fonctionnait, etc... Je ne voulais donc pas d'études me menant à manipuler les machines, je voulais comprendre la machine. L'ingénierie était donc parfaite pour cela. J'ai eu la chance d'être admis à l'ECE Paris en post bac. Cela signifiait faire une prépa intégrée et être mélangé avec les autres élèves, notamment les étudiants de S qui étaient en avance sur de nombreux domaines. Cela voulait aussi dire choisir son école, et donc son orientation professionnelle, dès la sortie du lycée - or je n'étais pas fixé sur mon orientation. La prépa TSI a donc été un excellent choix pour garder le plus de portes ouvertes possibles tout en me permettant de suivre une prépa adaptée à mes connaissances en sortie de lycée - ce qui fait toute la différence. Le pari est réussi puisque cela m'a permis d'obtenir une meilleure école que l'ECE Paris et dans le domaine que je voulais - puisque grâce aux cours de prépa j'ai pu identifier ce qui me plaisait.

Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

La TSI a été pour moi l'un des meilleurs moments dans mes études. Notre classe était petite; ce qui a permis de forger un esprit d'amitié et d'entraide très rapidement. Nous étions proches de nos professeurs; ce qui change tout dans la manière de vivre les connaissances qu'ils nous apportent, et ça d'avoir des professeurs toujours disponibles à nous aider. Cet esprit de cohésion durant mes deux années de prépa a été pour beaucoup dans ma réussite. Je me suis fait de très bons amis, j'ai appris des choses très intéressantes et cela m'a montré tout le champ des possibles - bien que, je vous l'accorde, je ne me serve aujourd'hui que d'une petite partie de ce que j'ai appris. Encore aujourd'hui mes cours de prépa restent une ressource que j'utilise dans mon travail. Je pense aussi que la prépa est le meilleur moyen d'obtenir une école qui corresponde à votre niveau, car le concours - quoi qu'on en dise - arrive à bien cerner le niveau de chacun - avoir une école trop facile ou trop difficile par rapport à ses capacités peut vraiment être délétère.

Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Comme dit précédemment, la TSI a pour moi été le meilleur choix que je pouvais faire en sorti de lycée. C'est ce qui m'a permis de  poursuivre mes études là où je voulais. Cela a été une chance car je suis parti de mon faible niveau; la prépa m'a permis d'atteindre mes objectifs. Cela m'a vraiment fait grandir autant intellectuellement que dans ma manière de travailler et dans ma manière d'appréhender les divers domaines de la science. Bien évidemment pour cela il m'a fallut beaucoup de travail, de régularité, de ne pas avoir peur d'aller questionner mes professeurs sur les points que je ne comprenais pas, et surtout, une bonne hygiène de vie : bien manger, faire du sport et bien dormir - c'est peut-être le plus important. Le tout en étant entouré de bons amis c'était parfait.


Parcours d'Alexandre Huet:

  • 2014/2015: Terminale STI2D au lycée Jules Ferry de Versailles.
    Moyennes: Maths: 17,8 -- Physique/Chimie: 18,8 -- SIN: 16,3
  • 2015/2017: TSI1&2
  • 2017: Intègre Centrale Paris (devenu CentralSupelec depuis 2018)



4.2. Témoignage Mathilde Geyssens (ESTIA Bidart)


Mathilde Geyssens (Promo 2016 – 2018) – Estia Bidart

1. Qu’est-ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI?

J'ai choisi d'aller en TSI car je voulais faire une école d'ingénieur et, après un Bac STI2D, on a que peu d'options pour y arriver. On peut :

  • soit s'inscrire directement dans une école post Bac qui accepte les STI2D tout en sachant qu'on doit rattrapper le niveau des élèves qui sortent de la filière S et sans avoir bénéficié au préalable de l'accompagnement proposé en classe préparatoire 

  • soit faire un DUT ou BTS et après faire une CPGE ATS (donc en 3 ans) 

  • soit faire une CPGE TSI (en 2 ans) qui te garantie d'avoir une école si tu arrives à la fin . 

2. Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiante?

La CPGE a un rythme de travail très soutenu. C'est pour cela qu'il ne faut pas se démotiver et garder en tête le but que tu t'es fixé, pour moi c'était rentrer dans une école d’ingénieur en étant prête à suivre le rythme sans difficulté. Il est aussi important de ne pas se mettre trop de pression et de faire moins attention aux notes. La CPGE ne laisse pas beaucoup de temps pour soi mais il est toutefois important d'en prendre pour décompresser. J'ai eu la chance car j'ai été beaucoup soutenu durant ma CPGE par ma famille et mes amis, ce qui ma permis de tenir le rythme et de me changer les idées quand il le fallait. De plus, il faut faire confiance aux professeurs, bien qu'éxigeants, ils sont là pour t'encadrer et t'aident au mieux dans tes projets.


3. Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Avec du recul, je me rends compte de tout ce que j'ai appris durant ces 2 ans et de ce que je suis capable de faire à présent. Je suis très contente d'avoir fait une TSI (et de l'avoir fini aussi ^^) car maintenant je suis dans une école qui me convient parfaitement et que je n'aurais pas pu avoir sans faire de CPGE. Ainsi, je n'ai aucun regret quant à mon choix fait en terminal et qui s'est révélé être très bon pour moi.


4. Pourriez vous présenter votre école en quelques mots ?

Je suis à l'ESTIA à Bidart, à proximité de Biarritz (Pyrénées Atlantique). C'est une école généraliste ouverte vers l'international et qui à en plus la particularité d'être trilingue : chaque étudiant obtient un double diplôme à la fin de ces 3 ans. Nous avons une vie étudiante vraiment exceptionnelle avec de nombreuses associations où chacun peut y trouver son compte. Je fais moi-même partie de 2 associations ; une concernant la pratique de la voile et une autre intégrant une dimension humanitaire qui me permettra de participer à un voyage solidaire au Guatemala. De plus, l'école est proche des plages du pays basque !



Parcours de Mathide Geyssens:

  • 2015/2016: Terminale STI2D au lycée Jules Ferry de Versailles
    moyennes: Maths – 12,2 / 20 ; Physique – 11,5 / 20 ; ITEC: 14 / 20

  • 2016-2018: Prépa TSI au lycée Jules Ferry de Versailles

  • 2018: Intègre l'ESTIA Bidard






4.3. Témoignage: Joshua Bègue (ESIPE Créteil)


Joshua Bègue (promo 2016-2018 -- ESIPE Créteil)

→Qu’est-ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI?

J'ai choisi la TSI en terminale car j'appréciais beaucoup les mathématiques et l'informatique, et j'y ai aperçu la possibilité de continuer mes études dans ce domaine, on m'avait de plus appris que je pourrais y arriver, et que les classes préparatoires n'étaient pas "impossible" comme l'affirmait beaucoup de camarades à cette époque.

→Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

J'ai très bien vécu la CPGE TSI. J'avais soif de connaissances, et le corps enseignant à très bien répondu à mes attentes. Je garde aussi une belle image de "camaraderie" avec mes anciens collègues de cette classe.

→Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Mon parcours en TSI est la meilleure chance que j'ai eu. En y entrant, j'avais peu d'ambitions et méthodes de travail, ce que ces deux années ont permis de m'apprendre, et que je considère encore comme étant le plus important.


Parcours de Joshua Bègue:

  • 2015/2016: Terminale STI2D au lycée Jules Ferry de Versailles.
    Moyennes: Maths: 11,7 -- Physique/Chimie: 13,8 -- SIN: 11,4
  • 2016/2018: TSI1&2
  • 2018: Intègre l'ESIPE Créteil




4.4. Témoignage: Alexis Pantaleo (Centrale Lyon)



Alexis Pantaleo (Promo 2016-2018 -- Centrale Lyon)

Qu'est-ce qui en Terminale STI2D (SIN) vous a fait choisir la TSI ?

Depuis que je suis au collège, j'ai toujours eu l'envie de devenir ingénieur. En effet, étant petit, je rêvais de devenir pilote de chasse mais lorsque j'ai appris que je ne le pourrais jamais, je voulais exercer un métier qui me rapproche de mon rêve, et ingénieur en aéronautique était alors pour moi une évidence. De plus je savais que j'avais besoin de comprendre les phénomènes physiques ou les sciences en général "avec les mains". C'est pourquoi je me suis naturellement orienté en STI2D où l'accent était mis sur les technologies et la compréhension avec des applications concrètes. À la fin de la terminale, j'avais de nombreux choix entre intégrer une école avec prépa intégrée (comme l'INSA, l'ESTACA, le bachelor de l'ENSAM,...) ou alors aller en prépa TSI. Comme j'avais le rêve d'intégrer l'ISAE Supaéro en Terminale et que je me réalisais dans l'application directe de phénomènes concrets, mes professeurs m'ont conseillé d'intégrer une prépa TSI, puisque je continuerais ainsi ma progression grâce à un programme scolaire qui est la poursuite et l'approfondissement de ce qui a été vu en STI2D. En effet, je n'étais pas spécialement à l'aise avec l'idée de me retrouver avec des élèves venant de Terminale S et qui seraient en supériorité numérique et en avance sur certains domaines, alors que la prépa TSI me permettait, à mon rythme, avec des élèves ayant le même parcours que moi et avec un programme adapté, de me retrouver à un niveau équivalent aux autres filières au bout de 2 ans, puisque nous pouvons intégrer les mêmes écoles que les autres prépa ! Je suis donc allé plusieurs fois aux forums de prépa TSI et notamment à celui de Jules Ferry. La décision s'est faite quand les professeurs m'ont montré que chaque élève avait son importance et que l'effectif limité de la TSI de Jules Ferry permettait un accompagnement personnalisé, qui nous met dans les meilleures conditions pour intégrer la meilleure école possible. Et, disons-le, un accompagnement comme celui que l'on a en TSI est unique parmi les études supérieures proposées en France et permet de se révéler; en tout cas ça a été le cas pour moi !


Comment avez-vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

Avec du recul, la TSI représente actuellement pour moi la meilleure partie de ma vie tant personnelle qu'étudiante. En arrivant en TSI, j'étais assez anxieux… En effet, étant stressé de nature, j'avais peur de ne pas pouvoir surmonter mon stress. Cependant, j'avais un objectif et je voulais me mettre dans les meilleures conditions pour le réaliser. Au début, je ne comprenais pas trop ce qui était attendu de nous et je voulais toujours tout faire, que ce soit en DS ou en DM, et l'équipe pédagogique m'a vite fait comprendre, tant bien que mal, que ce n'était pas possible ! Au fil du temps, j'ai trouvé mes marques, mes méthodes, je me suis fait des amis et notamment des amis avec lesquels il était possible de travailler et de s'entraider, notamment le dimanche si l'on a des points d'incompréhension sur un DM ou un TD. En effet, contrairement à l'image que l'on peut se faire de l'ambiance de compétition de la prépa, j'ai trouvé l'ambiance en TSI "bon enfant", le voyage au ski, mais aussi l'effectif réduit de la classe, permet à des amitiés de se développer et empêche que de la concurrence négative ne se forme. Bien sûr, une petite concurrence avec des personnes d'un niveau équivalent au sien peut se former, mais l'équipe pédagogique veille à ce que cela reste stimulant pour les élèves afin de les amener à se dépasser.

Enfin, je n'ai pas du tout été déçu par le contenu pédagogique. La prépa TSI est ouverte aux personnes curieuses et pas forcément avec un bagage scientifique de Terminale approfondi. Elle est ouverte aux personnes curieuses et motivées d'apprendre. En effet, le programme reprend des éléments de terminale pour les approfondir et les dépasser en première année, et aller encore plus loin en deuxième année, pour atteindre un niveau équivalent aux autres filières (ce qui est attendu en 1ère année d'École). La compréhension des éléments enseignés se fait de la même manière qu'en STI2D. Certes, de nombreux éléments théoriques sont introduits, mais de nombreux TP, notamment en physique et en SII, permettent d'appréhender de manière concrète ces phénomènes. C'est un vrai plus de la TSI, puisque le concret est très apprécié et valorisé une fois en École !


Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Avec du recul, je dirais que mon parcours en TSI était semé d'embuches mais que ma motivation, l'aide et l'écoute de l'équipe pédagogique et de ma famille, ainsi que les amitiés qui ont pu se former durant ces deux ans, m'ont permis d'atteindre mon objectif. Ce que je retiens de la TSI, c'est surtout que je me sentais « utile ». En effet, je savais plus ou moins apprendre mon cours et être à l'écoute des critiques et des remarques mais aussi des encouragements de l'équipe pédagogique. Et même si l'envie de baisser les bras s'est parfois fait sentir, la proximité de l'équipe pédagogique et leur disponibilité m'a permis de ne jamais abandonner.

Je dis que mon parcours était semé d'embuches, car j'avais une très grande ambition, mais aussi une tendance au stress et à ne pas avoir confiance en moi, ce qui peut être un véritable handicap en prépa. Je pense que la clé est de trouver un rythme sain (avec un minimum d'un après-midi, genre le samedi après le DS, pour décompresser, faire du sport, voir ses amis, dormir) et une organisation à laquelle on se tient assez vite, et surtout à ne pas hésiter à solliciter l'équipe pédagogique et à écouter leurs conseils. En effet, même si je n'étais pas le plus mal classé en TSI, je ne pensais pas du tout pouvoir atteindre Supaéro (2 places pour les TSI) à la fin de ma 2ème année ! Mais j'ai continué à travailler et à donner le meilleur de moi-même. J'ai continué à travailler mes points faibles sans pour autant délaisser mes points forts pour capitaliser dessus aux concours. J'ai suivi les conseils de mes professeurs et, étant boursier, je me suis inscrit à des concours avant les concours qui m'intéressaient, afin de pouvoir m'entraîner à la gestion du stress. Finalement, j'ai réussi à la vue de mes classements à obtenir l'ISAE Supaéro, mais ayant mûri et n'étant plus sûr et certain de vouloir travailler toute ma vie en aéronautique, j'ai choisi d'intégrer l'École Centrale de Lyon, qui est l'École Centrale de référence pour la spécialisation en aéronautique et qui propose un accompagnement pour les TSI, notamment en mathématiques.

Pour résumer je dirais que mon parcours en TSI est un parcours qui a réalisé mon rêve, puisque, même si c'est à force d'acharnement et de travail régulier que je suis arrivé là où je suis aujourd'hui, je ne m'attendais pas du tout à la réussite que la TSI m'a permis de découvrir et à me retrouver aujourd'hui parmi des élèves qui peuvent m'apporter beaucoup et auxquels je peux apporter beaucoup aussi. Mais surtout, cela m’a véritablement permis d'avoir un avenir professionnel avec de nombreux choix de carrière.


Parcours d'Alexis

  • 2015/2016: Terminale STI2D au lycée Janson de Sailly à Paris
    Moyennes: Maths: 18,5/20, Physique: 16/20, Philo: 17,5/20
  • 2016/2018: TSI1&2 au lycée Jules Ferry de Versailles
  • 2018: Intègre Centrale Lyon


4.5. Témoignage: Nicolas Di Tomaso (INSA Strasbourg)


Nicolas Di Tomaso ( Promo 2015-2017 – INSA Strasbourg)


Nicolas a intégré l'Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg au bout de deux années de classe préparatoire TSI au lycée Jules Ferry.

→Qu’est-ce qui vous a fait choisir la TSI?

En terminale je pense que j'étais un peu comme tout le monde, je ne savais pas trop quoi faire ni vers quel domaine m'orienter. L'avantage de la classe prépa c'est de donner deux ans de plus pour choisir un domaine, tout en donnant de solides bases scientifiques. C'est une chance pour les élèves venant de STI2D de "rester entre eux" car il faut bien se l'avouer, directement en sortant de terminale il y a une différence avec les élèves venant de S. Je suis maintenant en Bac +5 et je suis le seul étudiant ayant un bac technologique et cette différence ne se voit absolument plus grâce à ces deux ans de prépa (attention il y a eu du boulot derrière pour me mettre à niveau !). 

Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

Pour être franc le début est un peu difficile, sans non plus avoir un impact néfaste sur le moral. On apprend à relativiser et à travailler plus pour compenser ses lacunes. La première année a été la plus perturbante pour moi, un nouveau classement se fait, des gens sont largement au dessus de nous et il faut apprendre à vivre avec et à toujours travailler dans le but de progresser à son rythme. Cependant en TSI l'ambiance est très agréable et la classe est soudée ! Je suis encore très proche de mes camarades de prépa et nous nous voyons très régulièrement. C'est un point important à noter que de bien s'entendre avec ses camarades en prépa et surtout de bien s'entourer ! 

Avant d'entrer en prépa je suis passé par un DUT (un an uniquement), il faut savoir que c'est très différent de la prépa TSI. Dans l'IUT ou je me trouvais, les programmes reposent sur un niveau d'étudiant sortant de S. Les cours de maths en amphi sont assez terribles, on n'ose pas forcément poser des questions et on essaye tant bien que mal de comprendre par soi même. Au début c'est bien plus abrupt que la prépa, mais sur l'année c'est bien moins progressif. 

Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Avec du recul, je replongerais sans aucune hésitation en TSI, pour le moment ces deux années ont été les plus formatrices en termes de rythme de travail. On se révèle en prépa !  J'en garde un très bon souvenir même s'il y a eu des hauts et des bas c'est une formation que je ne cesserais de recommander.


Cursus de Nicolas Di Tomaso:

  • 2013/2014: Terminale STI2D au Lycée Richelieu de Rueil-Malmaison.
    Moyennes: Maths: 9,8 -- Physique: 10,7 -- Chimie 11
  • Juin 2014: bac STI2D Mention AB
  • 2014/2015: DUT Production
  • 2015/2016: TSI1
  • 2016/2017: TSI2
  • 2017: Intégration de l'INSA Strasbourg (en 3ème année)


4.6. Témoignage : Quentin Hecquet (ENSI Poitiers)


Quentin Hecquet (promo 2015-2017)

Qu’est-ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI?
La filière TSI m’a paru comme la seul ou il y avait un suivi des profs et permettant d’aboutir à un large éventail de choix. Il est difficile en terminale de se projeter plusieurs années après. Cela permet de se laisser deux ans de plus.


Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?
Très éprouvante mais riche en connaissances et permettant de découvrir ses capacités.


Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?
Je ne regrette rien et je pense que ces deux années permettent de démarrer une carrière avec un certain confort. 

Cursus de Quentin Hecquet
  • 2014/2015: Terminale STI2D au lycée Jules Ferry  de Versailles
    Moyennes: Maths: 10,5/20, Sc. Physiques: 14/20, Energie et Environement: 11,5/20
  • 2015/2017: TSI1 et TSI2 à Jules Ferry
  • 2017: Intégration de l'ENSI Poitiers




4.7. Témoignage: Colin Karczewski (ENSSAT Lanion)


Colin Karczewski ( Promo 2017-2019 – ENSSAT Lannion)


Colin a intégré l'ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES SCIENCES APPLIQUÉES ET DE TECHNOLOGIE au bout de deux années de classe préparatoire TSI au lycée Jules Ferry.

Qu’est-ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI?

Je voulais intégrer la prépa TSI car je souhaitais poursuivre mes études en école d'ingénieur malgré un bac technologique et le fait de ne pas être confronté aux étudiants du bac S était un atout. 

Je pense aussi qu'intégrer un DUT après un bac technologique n'aurait peut-être pas été la meilleure solution car on se spécialise dans un domaine et nous sommes mélangés à des bac S.

En conclusion, la prépa TSI me semblait être la meilleure voie pour entrer en école sans être confronté à des milliers d'autres étudiants.

Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

Avec du recul j'ai très bien vécu la CPGE TSI. Certes il y a eu des moments difficiles mais l'entraide a permis d'avancer. Je savais que ça n'allait pas être facile mais à la fin, on est content de l'avoir fait. C'était une très bonne expérience.

Les enseignants sont disponibles, ils s'adaptent à nos besoins et difficultés et c'était très plaisant de travailler dans un tel environnement.

Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Avec du recul, j'ai aimé faire ce parcours et je ne regrette pas. J'ai appris à travailler, à optimiser mon temps pour assimiler  toutes les notions. On développe des qualités comme l'humilité, la rigueur,  la persévérance. Ce sont des savoir-être qui nous seront utiles dans notre futur métier.

Cursus de Colin Karczewski:

  • 2016/2017: Terminale STI2D au lycée Charles de Gaule de Poissy (option SIN)
    Moyennes: Maths: 15 -- Physique/Chimie: 11,3 -- SIN: 13,4
  • Juin 2017: bac STI2D mention B
  • 2017/2018: TSI1
  • 2018/2019: TSI2
  • 2019: Intégration de l'ENSSAT Lanion


4.8. Témoignage: Mathieu Zach (Centrale Nantes) Mathieu Zach (promo 2014-2016 -- Centrale Nantes) →Qu’est ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI ? En Terminale j’étais un bosseur mais je ne savais pas vraiment pourquoi. J’avais besoin de concret, d


Mathieu Zach (promo 2014-2016 -- Centrale Nantes)

→Qu’est ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI ? 

En Terminale j’étais un bosseur mais je ne savais pas vraiment pourquoi. J’avais besoin de concret, de sentir ce qui se passait. Initialement je souhaitais intégrer un DUT en génie civil, mais mes professeurs m’ont suggéré la TSI du Lycée Jules Ferry car "elle allait m’ouvrir plus de portes ». A cette époque je ne me rendait pas encore compte à quel point cela était vrai. Ce choix à donc été décisif pour mon avenir professionnel. De plus, le fait d’avoir une prépa réservée aux bacheliers technologiques rassurait grandement. 

→Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

Les années TSI ont été pour moi la meilleure période dans mes études. C’est une période de stimulation intellectuelle intense durant laquelle on ne cesse d'apprendre. J’ai pu développer des connaissances solides dans de nombreux domaines, tout en restant très terre à terre avec de nombreux TP qui permettaient de sentir les choses. Pour les personnes les plus motivées il y a toujours des possibilités d’approfondir les connaissances de bases.

De plus, la pédagogie utilisée est très bonne, et les professeurs sont à l’écoute en cas de doute des élèves. L’ambiance de classe est également très bonne et des amitiés se forment. Une cohésion globale se crée durant les deux ans et cela est très bénéfique.

→Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Avec du recul, mon parcours en TSI à évolué de manière crescendo. 

J’étais un peu perdu au début par rapport au méthode de travail et à la difficulté croissante, puis progressivement, on fait les liens entre toutes les matières pour finalement avoir un bagage de connaissances vastes et une certaine aisance lorsqu’il est demandé de beaucoup travailler. Je ne pensais pas intégrer une école comme Centrale Nantes puis au fur et à mesure à force de persévérance, d’acharnement et de rigueur dans le travail, cela finit par payer.

Un point clé pour bien réussir sa prépa je pense est le fait de trouver son rythme. Il faut bien dormir, manger sainement et décompresser chaque semaine pour ré-attaquer la semaine à fond et être efficace. 


Parcours de Mathieu Zach:

  • 2013/2014: Terminale STI2D au lycée Viollet-le-duc de Villiers-Saint-Frédéric.
    Moyennes: Maths: 17,7 -- Physique/Chimie: 18,2 -- AC: 15,5
  • 2014/2016: TSI1&2
  • 2016: Intègre Centrale Nantes


4.9. Témoignage: Antoine Wang (EFREI Paris)


Antoine Wang (Etudiant de TSI1 en 2014)

Antoine apporte un témoignage différent sur la TSI, il est parti à la fin de sa première année pour aller en DUT Informatique, et il est maintenant dans une école d'ingénieur obtenue à la fin de son DUT.

Qu’est-ce qui en Terminale vous a fait choisir la TSI?

En terminale, je ne savais pas exactement ce que je voulais faire en étude supérieure, j’étais toujours dans le doute, à savoir faire une prépa ? faire un DUT ? aller à la fac ?

Un professeur de prépa TSI du Lycée Jules Ferry est venu nous présenter cette prépa. Il a réussi à me convaincre ainsi qu’un autre élève de ma classe. Comment ?

  • C’est une classe préparatoire que pour les élèves en STI2D

  • Tous les cours sont adaptés pour les élèves de cette filière, tout le monde part sur les mêmes bases.

  • Les cours sont scientifiques sont faits pour revenir à hauteur des élèves en S

  • Le concours pour les grandes écoles est entre les élèves de TSI

  • Ainsi de suite...

Ce sont exactement toutes ces petites choses qui m’ont fait choisir cette voie. J’avais l’impression que cette prépa était tout simplement parfaite pour les élèves de STI2D souhaitant aller en école d’ingénieur avec un excellent niveau.

Comment avez vous vécu la CPGE TSI en tant qu’étudiant?

Je trouve qu’une classe préparatoire est très spéciale. Nous avons beaucoup de matières à apprendre, à comprendre même si l’on n’aime pas.

Pour ma part, j’ai arrêté cette prépa en fin de première année. La raison principale est qu’il y avait une matière que je n’aimais pas, que je n’arrivais pas à comprendre quelque soit les efforts que je faisais.

Mais en prenant du recul, je pense que je n’avais pas mis toutes les chances de mon côté. Pourquoi ? quelles erreurs ai-je fait ?

  • J’avais tous les matins plus 1h de trajets, c’était beaucoup de temps perdu pour les révisions.

  • J’ai besoin de temps pour apprendre et comprendre, je pense que ces temps de trajets m’ont été fatales.

  • Je gérais mal ma façon de travailler, de se reposer etc…


Certes il y avait de la pression, qu’on avait rarement de bonnes notes, que l’emploi du temps était chargé mais c’est tout à fait normal. On ne peut obtenir un diplôme sans travailler, sans galérer !

Grâce à toute cette pression, toutes ces difficultés, vous allez devoir vous entraider mutuellement même si tout le monde est en « compétition ». Des liens très forts vont se créer. En réalité, vous allez être ami avec toute la classe, il n’y aura pas de compétition, tout le monde tire tout le monde vers le haut. Et cette esprit équipe dans une classe est tout simplement unique.


Même en ayant quitté au bout de la première année, je suis toujours ami avec beaucoup d’élève de la TSI, on se voit souvent, on discute souvent ensemble, on est toujours et on restera un groupe d’ami très proche.


Pour être honnête, je conseille vivement les étudiants à faire cette prépa, c’est un réel tremplin. Même s’il y aura des moments difficiles, il faut continuer, vous verrez que votre travail payera un jour.


Avec le recul, comment percevez-vous votre parcours par la TSI?

Avec du recul, je regrette de ne pas avoir pris un appartement à coté de l’école pour éviter ces longs trajets. Mais d’un autre côté, grâce au DUT informatique, j’ai fait de superbes rencontres…

J’ai l’impression de ne pas avoir achevé quelque chose, que j’aurais pu continuer. Mais si j’avais continué, je n’aurais certainement pas eu ce parcours scolaire qui me correspond totalement. C’est certainement un mal pour un bien.



Parcours d'Antoine Wang

  • 2013/2014: Terminale STI2D au lycée Jean Rostand de Mantes-la-Jolie.
    Moyennes: Maths: 15,5 -- Physique/Chimie: 13,5 -- ITEC: 15
  • 2014/2015: TSI1
  • 2015/2017: DUT Informatique
  • 2017: Intègre l'EFREI